Classes Prépas : Devriez-vous vraiment les craindre ?

Crainte des classes prépas

Les classes préparatoires, souvent appelées « prépas », sont réputées pour leur rigueur et leur exigence. Elles suscitent parfois une certaine appréhension chez les lycéens qui envisagent de s’y inscrire. Mais est-ce vraiment justifié ? Devriez-vous craindre les classes préparatoires ?

Nous allons déconstruire certains mythes entourant ces formations et vous donner un aperçu réaliste de ce que vous pouvez attendre si vous décidez de suivre cette voie. Alors, restez avec nous pour découvrir la vérité sur les classes préparatoires.

Chute des inscriptions en classe préparatoire : un phénomène alarmant ?

Lors de la rentrée 2022, les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) ont accueilli 81 200 étudiants, soit une diminution de 2,6 % par rapport à l’année précédente. Cette tendance à la baisse est source d’inquiétude, malgré les nombreux avantages que présentent ces formations.

Peur des classes prépas

En effet, elles offrent un tremplin vers les grandes écoles et garantissent une place dans ces institutions prestigieuses pour ceux qui réussissent leurs deux années de prépa. Pourtant, certains étudiants comme Louis et Lina, initialement réticents à l’idée de s’inscrire en prépa, témoignent aujourd’hui de leur satisfaction.

Lire aussi :  Admission à l’université : existe-t-il un âge maximum ?

Les filières de la classe préparatoire : un choix diversifié et prometteur

Les classes préparatoires offrent trois filières principales : scientifique, littéraire et commerciale. Chacune d’elles prépare les étudiants à intégrer des grandes écoles spécifiques après deux ans de formation intensive. Les prépas scientifiques mènent généralement aux écoles d’ingénieurs, tandis que les prépas commerciales ouvrent la voie vers les écoles de commerce.

Quant aux prépas littéraires, elles permettent l’accès à diverses écoles spécialisées en art, traduction, communication, IEP ou encore aux Écoles nationales supérieures (ENS). En cas d’abandon en cours de route ou après les concours, l’étudiant a toujours la possibilité d’intégrer une deuxième ou une troisième année de licence.

Peur générale des classes prépas

Prépas prestigieuses versus prépas de proximité : une question de perspective

Il est important de noter que toutes les classes préparatoires ne sont pas identiques. En effet, il existe une distinction entre les prépas dites « prestigieuses » et très sélectives, et celles dites « de proximité« . Ces dernières, bien qu’elles soient moins connues, affichent un taux de réussite plus élevé pour les élèves issus de milieux moins favorisés.

Par exemple, à Saint-Brieuc, la moitié des étudiants en prépa sont boursiers. De plus, le rythme soutenu des classes préparatoires, bien que rigoureux, n’est pas insurmontable. Il offre un environnement stimulant qui permet aux étudiants de réfléchir à leur orientation future.

Lire aussi :  Le choc de répulsion : une analyse profonde des groupes de niveau
Jean Rouillard
Classes Prépas : Devriez-vous vraiment les craindre ?
Retour en haut