Éducation Nationale : Devrait-elle montrer l’exemple en interdisant les écrans ?

Éducation Nationale Devrait-elle montrer l'exemple en interdisant les écrans

L’Éducation Nationale est au cœur de nombreux débats, notamment en ce qui concerne l’utilisation des écrans dans le cadre scolaire. Alors que certains voient en eux un outil pédagogique innovant, d’autres s’inquiètent des effets néfastes qu’ils pourraient avoir sur la santé et le développement des enfants.

Faut-il alors interdire les écrans à l’école ? L’Éducation Nationale devrait-elle montrer l’exemple en adoptant une telle mesure ? C’est la question complexe que nous allons aborder dans cet article, en pesant les avantages et les inconvénients de cette proposition.

Interdiction des écrans pour les plus jeunes : une proposition qui fait débat

Un rapport recommandant l’interdiction des écrans pour les enfants a été remis à Emmanuel Macron, suscitant de vives controverses. Cette proposition est d’autant plus surprenante que l’Éducation nationale a investi massivement ces dernières années dans le développement numérique au sein des écoles.

Lisa Kamen, enseignante et essayiste, s’interroge sur ce revirement de situation. Elle souligne l’incohérence de cette mesure alors que l’utilisation des écrans est omniprésente dans le système éducatif français. Selon elle, plutôt que d’imposer des restrictions aux familles, l’État devrait donner l’exemple en limitant lui-même l’usage du numérique dans les établissements scolaires.

Lire aussi :  Classe prépa associée : la voie privilégiée pour accéder aux écoles d'ingénieurs

Éducation Nationale Devrait-elle montrer l'exemple en interdisant les écrans (2)

Le numérique à l’école : un investissement conséquent mais critiqué

En 2016, une initiative visant à démocratiser le numérique dans les écoles a été lancée par Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre de l’Éducation nationale. Des dizaines de millions d’euros ont été alloués à ce projet ambitieux qui a été poursuivi par ses successeurs.

Cependant, cette politique est aujourd’hui remise en question. Lisa Kamen, enseignante et essayiste, critique vivement l’utilisation excessive des écrans et du numérique dans l’enseignement. Selon elle, la compétence « Savoir surfer sur Internet » ne compense pas l’incapacité des enfants à s’exprimer correctement dans leur propre langue et ne contribue pas à leur insertion professionnelle future.

Le manque de cohérence de l’État face à l’utilisation des écrans

Lisa Kamen pointe du doigt le manque de cohérence de l’État, en particulier celui de Gabriel Attal, ancien secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation nationale. Elle reproche à ce dernier son inaction face à la prolifération des écrans dans les classes dès la maternelle durant son mandat.

Pour elle, l’autorité passe avant tout par l’exemplarité et sur ce point, l’État est loin d’être irréprochable. L’enseignante appelle donc les ministres à faire preuve de sérieux et de cohérence en limitant réellement l’utilisation du numérique dans les écoles primaires et en repensant ses usages au collège et au lycée.

Lire aussi :  Réforme en vue : Le gouvernement doit modifier les critères d'admission pour la deuxième année des études de santé

Lisa Kamen souligne également la nécessité d’une politique éducative cohérente et d’une action gouvernementale ferme pour encadrer l’usage des écrans à l’école. Elle appelle à une réflexion collective sur les véritables besoins pédagogiques des élèves et sur les moyens de préserver leur santé mentale et leur bien-être face à la surabondance des technologies numériques.

Jean Rouillard
Éducation Nationale : Devrait-elle montrer l’exemple en interdisant les écrans ?
Retour en haut