La moitié des élèves français ont du mal à comprendre ces mots courants

La compréhension des mots courants est un défi pour de nombreux élèves français. Selon une récente étude, près de la moitié d’entre eux rencontrent des difficultés à comprendre ces termes du quotidien. Cette lacune linguistique peut avoir un impact significatif sur leur apprentissage et leur réussite scolaire.

Dans cet article, nous explorerons les raisons possibles de cette difficulté, ainsi que des stratégies et des ressources pour aider les élèves à améliorer leur compréhension du vocabulaire courant. Découvrez comment renforcer les compétences linguistiques de vos enfants et les accompagner dans leur parcours éducatif.

Impact du manque de compréhension des mots de la langue française chez les jeunes français

apprendre le français

Une étude réalisée par le Conseil scientifique de l’Éducation nationale met en évidence le manque de compréhension des mots courants chez les élèves français et ses conséquences sur leur scolarité. Les résultats de cette étude, basée sur des tests de compréhension du langage oral effectués sur plus de 600 000 enfants entrant en CP en 2018, révèlent une variation significative des performances langagières des jeunes élèves au début de leur parcours scolaire.

Lire aussi :  Erasmus+ 2024 : Un financement de 4,3 milliards d'euros pour booster l'éducation, la formation et le sport

Les filles semblent être plus avancées que les garçons, mais c’est surtout le milieu socio-économique qui influence ces performances, avec les élèves des écoles en REP+ obtenant les résultats les plus faibles. Pour remédier à ces différences dès l’entrée en CP, les scientifiques soulignent l’importance de développer le vocabulaire dès le plus jeune âge, dès 4-6 mois, afin de favoriser une réussite scolaire optimale.

Facteurs influençant les performances langagières des élèves

Les résultats d’une étude menée par le Conseil scientifique de l’Éducation nationale mettent en évidence la variation des performances langagières des élèves en fonction de leur genre, de leur milieu socio-économique et de leur niveau scolaire. Selon les données recueillies lors de tests de compréhension du langage oral réalisés sur plus de 600 000 enfants entrant en CP en 2018, les filles semblent être plus avancées que les garçons.

Cependant, c’est surtout le milieu socio-économique qui a un impact notable sur ces performances, avec les élèves des écoles en REP+ obtenant les résultats les plus faibles. Cette étude souligne ainsi l’importance de prendre en compte ces facteurs pour améliorer les performances langagières des élèves dès le début de leur parcours scolaire.

Recommandations pour améliorer l’apprentissage du vocabulaire chez les jeunes enfants

mal à comprendre ces mots

Les scientifiques du Conseil scientifique de l’Éducation nationale (CSEN) recommandent de commencer l’apprentissage du vocabulaire dès le plus jeune âge afin de favoriser une meilleure compréhension des mots et une réussite scolaire optimale.

Lire aussi :  Education nationale : quelle place tient l’instruction civique à l'école ?

Selon l’étude, il est essentiel de présenter chaque nouveau mot de nombreuses fois aux enfants. De plus, il est conseillé de commencer dès 4-6 mois en s’assurant que les nourrissons comprennent les mots « papa » et « maman ». Jusqu’à l’âge de 18 mois, les tout-petits devraient connaître environ 50 mots, puis ils entrent dans une période d' »explosion lexicale » où ils apprennent beaucoup de mots. Les scientifiques soulignent donc l’importance de la répétition des nouveaux mots pour améliorer l’apprentissage du vocabulaire chez les jeunes enfants.

Jean Rouillard
La moitié des élèves français ont du mal à comprendre ces mots courants
Retour en haut