Pourquoi l’éducation sexuelle, pourtant obligatoire en France, est-elle si négligée ?

Pourquoi l'éducation sexuelle, pourtant obligatoire en France, est-elle négligée

L’éducation sexuelle est un sujet souvent délicat à aborder, mais d’une importance capitale pour le développement des jeunes. En France, malgré une obligation légale, son enseignement reste rare et parfois même inexistant dans certains établissements scolaires. Pourquoi cette réticence ? Quels sont les freins rencontrés par les professionnels de l’éducation ?

Cet article se propose d’explorer ces questions en profondeur, afin de comprendre pourquoi l’éducation sexuelle, bien que reconnue comme essentielle, n’est pas systématiquement dispensée dans nos écoles. Une analyse qui permettra peut-être de lever certaines incompréhensions et d’ouvrir la voie à des solutions concrètes.

L’éducation à la sexualité en France : un cadre légal et des objectifs éthiques

Depuis 2001, l’éducation à la sexualité est une obligation légale en France. La loi stipule que les établissements scolaires doivent organiser « au moins trois séances annuelles et par groupes d’âge homogène ». Ces sessions ont pour but de sensibiliser les élèves au respect du corps humain, aux violences sexistes ou sexuelles et aux mutilations sexuelles féminines.

En 2018, une circulaire a été publiée pour définir les objectifs de cette éducation, ses principes éthiques et sa mise en œuvre. Elle vise notamment à promouvoir le respect de soi, de son corps et d’autrui, sans dimension sexuelle stricto sensu à l’école élémentaire.

Lire aussi :  Education nationale : quelle place tient l’instruction civique à l'école ?

Pourquoi l'éducation sexuelle, pourtant obligatoire en France, est-elle si négligée

Les obstacles à l’application effective de l’éducation à la sexualité

Malgré son obligation légale, l’éducation à la sexualité est encore insuffisamment mise en œuvre dans les établissements scolaires français. Selon le rapport du Haut conseil à l’égalité (HCE) de 2016, cette application reste « parcellaire » et « inégale ».

Un sondage Ifop de mars 2023 révèle que 17% des jeunes âgés de 15 à 24 ans n’ont jamais bénéficié de ces cours durant leur scolarité. Face à ce constat, des associations comme le Planning familial, SOS Homophobie et Sidaction ont saisi le tribunal administratif de Paris en mars 2023 pour exiger une application plus rigoureuse de la loi.

Le premier programme d’éducation à la vie affective et sexuelle : orientations et réactions

En mars 2024, le premier projet de programme scolaire d’éducation à la vie affective et sexuelle a été dévoilé. Ce document de 65 pages propose des « orientations principales » pour les enseignants et intervenants associatifs. Il préconise une progression dans l’apprentissage, allant de la découverte du corps en maternelle aux questions de pornographie en quatrième.

Cependant, ce programme suscite des tensions. Des groupes conservateurs s’opposent à son application, arguant que l’éducation sexuelle doit rester privée. À l’inverse, des associations féministes soutiennent fermement sa mise en œuvre, y voyant un outil essentiel pour combattre les violences sexistes et sexuelles.

Lire aussi :  Classes Préparatoires : jugées trop élitistes, elles sont menacées de fermeture

L’importance de la formation des enseignants et des intervenants associatifs

Une des raisons majeures de la faible application de l’éducation à la sexualité réside dans le manque de formation des professionnels de l’éducation. En effet, de nombreux enseignants et intervenants associatifs ne sont pas suffisamment préparés pour aborder ces sujets sensibles avec les jeunes. La complexité des thématiques liées à la sexualité, les tabous sociaux et les peurs liées aux réactions des parents sont autant de freins à une mise en œuvre efficace de cette éducation.

Il est donc crucial d’investir dans des programmes de formation continue et de sensibilisation pour les acteurs de l’éducation, afin qu’ils se sentent à l’aise et compétents pour dispenser ces enseignements de manière appropriée et respectueuse.

Jean Rouillard
Pourquoi l’éducation sexuelle, pourtant obligatoire en France, est-elle si négligée ?
Retour en haut